Vie quotidienne, migration, environnement et transmission

Nicolas Hossard est historien et sociologue. C’est pourquoi cela lui permet d’élargir ses centres d’intérêt professionnels comme l’étude des objets du quotidien et les questions migratoires. Il s’intéresse aussi aux questions environnementales ainsi qu’aux transmissions culturelles. Précédemment il a été membre fondateur de l’Observatoire de l’institutionnalisation de la xénophobie (Observix). De plus il en a été le porte-parole (2007-2012). En effet, ce collectif compte plus de 200 chercheur-e-s du monde entier. Aujourd’hui, il est travailleur indépendant. En même temps il est, depuis 2006, l’animateur du think tank RESEO.  Celui-ci réunit les départements R&D des principales institutions françaises à vocation de service public. En plus de toutes ces activités, il est relecteur-correcteur et écrivain fantôme, spécialisé dans les SHS.

Bodhgaya (Inde). Mendicité à travers les murs du temple de Bouddha

Entre 2005 et 2007, Nicolas Hossard a fait un tour du monde en voiture et bateau. Pour cela il a traversé une cinquantaine de pays. Durant ce voyage, il a mené une étude post-doctorale. Elle a porté sur les communautés d’émigrés européens ailleurs qu’en Europe. Cette recherche concernait en premier les Allemands du Kazakhstan, les Grecs du Mozambique, sans oublier les Croates du Panama, les Autrichiens du Pérou, etc.. Au final, le but était d’étudier les transmissions de patrimoines culturels européens. En plus il a également travaillé pour différentes ONG. Elles exerçaient leurs activités notamment en Afghanistan, au Pakistan, au Mexique, au Pérou, en Colombie. Leurs problématiques portaient tout particulièrement sur les questions sanitaires, sociales, éducatives et humanitaires d’urgence.

Phnom Penh (Cambodge). Le centre de torture S21 des Khmers rouges: la difficile question du pardon

Photo Nicolas Hossard

Savoir-faire en SHS
Historicité et contextualisation.
Enquête de terrain.
Méthodes qualitatives.
Analyses de corpus.
Entretiens individuels et focus group.
Observations participantes.
Photographies.

Tokyo (Japon). La tradition, une invention de la modernité?

Photo Nicolas Hossard