2019 09 Le Monde, Les bons réflexes pour être plus écolo au bureau
Par Catherine Rollot

Chaque premier lundi du mois, « La Matinale » vous propose une série d’habitudes à adopter pour réduire votre impact sur la planète.

De retour de vacances, vous vous êtes métamorphosé en pro du tri sélectif (les cinq poubelles obligatoires dans votre Airbnb de Sardaigne vous ont fait la main), ou vous n’êtes pas parti à plus de 200 kilomètres pour ne pas alourdir votre bilan carbone. Peut-être avez-vous passé un été au vert, avec pour seule implication le suivi sur les réseaux sociaux des Trashtag Challenges, ces défis qui consistent à nettoyer la nature des déchets… Dans tous les cas, vous revenez dans l’open space plein de bonnes résolutions. Et vous avez de quoi faire.

Comme les 13 millions de Français qui travaillent dans les bureaux, et y passent en moyenne deux cents jours par an, vous remplissez votre « deuxième maison » de déchets. De 120 à 140 kg par an et par salarié dans le tertiaire, dont les trois quarts de papier. Mais l’empreinte environnementale ne s’arrête pas à la corbeille, tant les sources de gaspillage et de consommation d’énergie sont multiples. Voici quelques comportements et réflexes à adopter pour réussir sa rentrée écoresponsable au bureau. Car en complément de la politique environnementale de votre employeur, votre action individuelle compte.

Débutant 

  • Réviser les règles du tri

Au bureau, faites comme chez vous, triez ! Depuis le 1er janvier 2018, toutes les entreprises de plus de 20 salariés sont soumises à l’obligation de trier et d’organiser la collecte de leurs déchets de papier. Mais trop d’entre eux finissent encore mélangés avec d’autres résidus, d’où des taux de recyclage faibles. Entre 15 % et 20 % en entreprise contre 41 % à domicile (Baromètre PAP50 du WWF sur l’évaluation de la politique papier de 50 grandes entreprises et organisations publiques 2018).

Pour améliorer ce taux, un peu de discipline s’impose : se déplacer jusqu’à la poubelle consacrée aux papiers et cartons, déposer les grands emballages en carton dans le conteneur prévu à cet effet (demander son installation s’il n’y en a pas). Dans la foulée, renseignez-vous pour savoir si d’autres matériaux font l’objet de tri dans votre entreprise et suivez les consignes.

  • Chasser le gaspillage

De 70 à 85 kg par an ! Le salarié est un papivore qui consomme « l’équivalent de trois ramettes par mois », selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Impression en noir et blanc, en recto verso, en mode brouillon… ces petits gestes allègent déjà considérablement la facture. Le choix d’une police de caractères « verte » a aussi un impact. Ecofont (téléchargeable gratuitement), grâce aux trous invisibles à l’œil nu insérés dans les lettres, utilise 20 % en moins d’encre et de toner qu’Arial, avec une lisibilité équivalente. Traquez les éléments inutiles comme les publicités, photos, espaces vides d’un document (en particulier pour les pages Web) avant impression. Certains logiciels comme GreenPrint, PrintWhatYouLike ou encore PrintFriendly font le ménage pour vous.

Même ligne de conduite pour l’éclairage (éteindre la lumière quand on sort d’un espace ou quand la luminosité est meilleure, dégager l’espace de ce qui fait obstacle à l’éclairage naturel). Plus délicate est la gestion du chauffage et de la climatisation, souvent source de conflit en open space. Trouvez un consensus autour de quelques règles simples comme garder les fenêtres fermées quand la climatisation fonctionne, la faire régler au minimum, ou encore aérer et rafraîchir le matin, fermer les volets et stores pendant la nuit pour garder la chaleur…

  • Revoir ses automatismes

Un quart des documents sont jetés cinq minutes après leur impression, et 16 % ne sont même jamais lus, soit l’équivalent de 400 millions d’euros gaspillés, selon l’Ademe. Avant de cliquer sur l’icône « imprimante », réfléchissez : document utilisé plusieurs fois, va pour l’impression car le stockage sur les serveurs numériques est également énergivore ; usage unique, la consultation en ligne est peut-être suffisante. Côté consommation de fournitures, posez-vous la question : avez-vous vraiment besoin de cette collection de stylos et de toutes les nuances fluo de ces surligneurs, alors que vous n’écrivez qu’en noir et ne supportez pas le rose fuchsia ?

Intermédiaire 

  • Passer à l’écoconsommation numérique

Sans nous en rendre forcément compte, c’est vissé devant notre poste de travail que nous polluons le plus. Le matériel informatique est un glouton qui reste souvent allumé de longues heures, voire en permanence. Paramétrez les veilles et réglez les équipements en mode « économie d’énergie ». Au-delà d’une heure d’inactivité, éteignez votre ordinateur.

Plus pernicieux, l’usage d’Internet génère des impacts environnementaux bien réels. Le simple fait d’envoyer un mail, de naviguer sur la Toile, sollicite des serveurs, qui tournent en permanence et consomment énormément d’électricité. Limitez au minimum les courriels inutiles ainsi que la mise en copie de responsables ou collègues pas forcément concernés, allégez les pièces jointes (fichiers compressés, images et PDF basse définition…) et supprimez-les des messages auxquels vous répondez, cela fait partie des bons réflexes à adopter. Enfin, nettoyez régulièrement votre corbeille de mails et la boîte de spams. Pour une navigation numérique économe, allez au plus simple et au plus court en tapant directement l’URL d’un site (en utilisant l’historique de navigation ou des mots-clés précis…).

  • Transformer vos pauses-café et déjeuner

Gourde, tasse, verre, assiette, couverts… Equipez-vous d’un « kit de survie alimentaire » lavable et réutilisable. Pour appliquer le zéro déchet au bureau, demandez ou achetez en grand conditionnement (café, thé, sucre, biscuits…) sans suremballage, conseille l’association Zéro Waste France, qui a conçu un guide sur les bonnes pratiques en entreprise.

A la cantine, n’ayez pas les yeux plus gros que le ventre. Chaque repas en restauration collective génère, en moyenne, de 150 à 200 g de gaspillage alimentaire, selon l’Ademe. Pour le limiter, ajustez les portions à votre faim, évitez de prendre plus de pain que vous n’en consommerez, emportez ou partagez le surplus. Aujourd’hui, beaucoup de salariés emmènent leur boîte à repas. Pourquoi ne pas généraliser cette habitude pour aller acheter son plat au traiteur du coin ? Une lunch box vide à portée de tiroir permet d’éviter l’emballage du commerçant.

  • Mettre à plat ses déplacements

Les trajets et les déplacements professionnels sont le premier poste d’émission de gaz à effet de serre des activités de bureau : 12 millions de tonnes par an en France. Les trois quarts de ces déplacements s’effectuent en voiture, et majoritairement avec une personne par véhicule. Faites un point transport.

Pas de solution pratique autre que la voiture ? Organisez-vous avec vos collègues ou passez par un site de covoiturage. Il existe peut-être même un service de la sorte au sein de votre entreprise. Le vélo peut être une autre solution. En 2016 a été créée une indemnité kilométrique vélo (IKV) pour inciter les salariés à utiliser ce mode de transport. De 0,25 €/km, elle peut même être cumulée avec le remboursement des abonnements pour les transports en commun quand le trajet sert à rejoindre une gare ou une station. Renseignez-vous auprès de votre employeur. Pour des trajets plus longs, bus, tramway, métro consomment jusqu’à 104 fois moins qu’une voiture.

Autre possibilité : le télétravail, mais cette solution n’est ni un droit ni une obligation. La loi impose que le salarié et son employeur se soient mis d’accord.

Confirmé

  • Un peu de prosélytisme

Vraisemblablement sans le savoir, vous avez le profil pour devenir un « transféreur », un drôle de terme inventé par les sociologues Gaëtan Brisepierre et Anne Desrues, auteurs d’une étude d’avril 2018 sur le transfert des pratiques environnementales entre domicile et travail. Ecolo à la maison, vous l’êtes aussi au boulot, du moins dans les quelques mètres carrés de votre territoire professionnel.

Pourquoi ne pas vous lancer et diffuser vos bonnes pratiques à vos collègues ? Outre une réelle envie de relever le défi de convaincre Maxime d’arrêter d’infliger à l’imprimante la cadence d’une moissonneuse-batteuse en période de moisson, le recrutement d’une petite armée de volontaires « issus de différents services et à des postes hiérarchiques divers » est primordial, préviennent les auteurs de l’étude. Le soutien, voire la reconnaissance de votre action par votre hiérarchie, mais aussi par les responsables de la politique environnementale de votre entreprise, limiteront les risques de vous faire cataloguer comme le « culpabilisateur de service » et de prêcher dans le désert du 5e étage.

Catherine Rollot

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!